Faire son plan de carrière

mardi 20 octobre 2015
par  C. Barbey
popularité : 0%

Le début de l’âge adulte est une période charnière et qui souvent orientera toute votre vie. S’il est dommage de se voir imposer des périodes de service justement à ce moment-là, nous vous souhaitons néanmoins une vie heureuse et épanouie et de pouvoir réussir vos plans de carrière et la gestion de votre obligation de servir à la hauteur de vos attentes.

L’obligation de servir, que ce soit pour l’armée ou pour le service civil, plus rarement pour la protection civile, impose de sérieuses restrictions à la liberté (ou au droit au destin) de tout homme suisse entre 18 et 25 ans, parfois plus, ainsi qu’aux femmes qui s’y soumettent. Pour le détail du parcours.
Il y a donc lieu de planifier adéquatement l’accomplissement de ces/ses obligations, en coordination avec un plan d’études ou un plan de carrière. Et même ainsi, les difficultés restent nombreuses et les « impondérables exigences » de l’armée sont parfois imprévisibles.
Pour rappel. Le recrutement peut être fait dès 18 ans (sur demande), habituellement se fait à 19 ans, l’armée l’exige avant 22 ans sauf circonstances exceptionnelles, et la loi ne le permet plus après la fin de l’année de ses 25 ans.
L’école de recrue (18 ou 21 semaines actuellement, éventuellement fractionnable, surtout au cas où il faut grader) peut être faite dès 19 ans (sur demande) et doit être accomplie avant la fin de l’année de ses 26 ans.

Le service civil doit être demandé trois mois avant toute obligation militaire. Il suppose, dans l’année civile qui suit l’admission, une première période de service civil (26 jours si l’école de recrue n’est pas faite, 54 si elle est faite), puis si l’école de recrue n’est pas faite, une période de 180 jours dans les trois ans qui suivent la date de l’admission au service civil, mais avant 27 ans. A partir de 27 ans, des périodes plus longues que les 26 jours minimum peuvent être exigées, si le nombre annuel de ces périodes ne suffit pas pour terminer les jours à faire avant 34 ans.

Concrètement.. Le recrutement, un jour ou deux, est une formalité. L’armée permet parfois d’attendre la fin d’un apprentissage pour le faire, plus rarement la fin d’un bachelor.

Durant celui-ci, la date de l’école de recrue est décidée. Cette date peut être modifiée par la suite pour justes motifs. Il est assez facile d’obtenir un report de cette école pour la fin du bachelor ou la phase initiale des études, soit jusque vers 22-23 ans, éventuellement 24. Après cela devient vite beaucoup plus difficile. Avec pour conséquence que l’armée (ou le service civil) doivent le plus souvent être fait entre le bachelor et le master et donc qu’il faut perdre une année (ou plus exactement l’occuper en plus du service à des stages, séjours linguistiques ou à du travail).
Difficulté supplémentaire, si l’ont reprend les études ensuite, les caisses APG (indemnités pour perte de gain) ne reconnaissent pas ces périodes comme des périodes de travail et payent donc le minimum (62.- par jour) plutôt que le 80% du dernier salaire ou du salaire potentiel en 1er emploi. (Nous avons bon espoir de changer cela, mais ce n’est pas encore fait).
Pour ceux (très rarement celles) qui sont aux études et qui souhaitent demander le service civil avant l’école de recrue, il est judicieux, pour pouvoir faire la période longue de service civil après le bachelor, voire même après le master mais c’est plus serré, d’attendre pour demander le service civil l’arrivée de l’école de recrue et de faire la demande quelques mois (au moins trois) avant cette école, pour pouvoir faire la période longue au moment de son choix (dans les 3 ans qui suivent).
Pour celles ou ceux qui ont fait l’école de recrue ou la période longue de service civil, il est assez facile d’obtenir des reports de cours de répétition pour les militaires durant les études, ou de faire les périodes de service civil après les études.
Attention toutefois, si l’on fait le service civil directement après les études à pouvoir démontrer que, sans ce service, on serait bel et bien sur le marché du travail, c’est-à-dire pas de période trop longue entre la fin des études et le début du service civil (deux à trois semaines de vacances ; au-delà tout délai doit être justifié), des recherches d’emploi pour les trous éventuels et pour ce qui suit le service civil, avec si besoin une inscription au chômage, même sans indemnités. Cette question des gains APG s’applique de la même façon aux personnes qui font le service militaire long.

Les personnes pour lesquels il est le plus difficile de concilier l’obligation de servir avec la vie personnelle et professionnelle sont d’une part les pères d’enfants à naître ou en bas âge et d’autres part les entrepreneurs.

Enfin, la permanence rappelle qu’elle est neutre sur la façon dont vous gérez votre obligation de servir et qu’elle vous soutiendra quelques soient vos choix. Il n’est toutefois pas inutile de préciser que si le service civil est un formidable outil de développement personnel et de service à la société, de son côté l’armée a trop de personnel et perd, pour inaptitude au service entre le recrutement (35%) et la fin des obligations militaires à 34 ans (1% par année) près de la moitié de ses effectifs. Et donc qu’il n’est pas très difficile de se faire déclarer inapte.

Dernière mise à jour : 10.2016


La permanence est ouverte le mardi de 12 à 14 heures au 026 925 80 66
Pour les urgences : 079 524 35 74, si besoin veuillez laisser un message.
Vous pouvez aussi nous joindre par courriel

.
La permanence est gratuite le 1er quart d’heure. Le quart d’heure suivant coûte 30.-, sauf si vous remplissez notre formulaire d’évaluation. Puis dès la demi-heure, par 5 minutes 120.- de l’heure. Sur demande, mais sur demande seulement, le tarif peut être adapté à votre situation.


Commentaires